Article Text

PDF
Myocardial Infarction Street: MI Street
243 Effects of the clinical characteristics and treatments on gender difference in outcomes after acute myocardial infarction
  1. François Schiele,
  2. Nicolas Meneveau,
  3. Marie France Seronde,
  4. Vincent Descotes-Genon,
  5. Joanna Dutheil,
  6. Romain Chopard,
  7. Fiona Ecarnot,
  8. Jean-Pierre Bassand
  1. Department of Cardiology, Centre Hospitalier Universitaire Jean-Minjoz, Boulevard Fleming, Besançon, France
  1. Correspondence to François Schiele, Department of Cardiology, Centre Hospitalier, Universitaire Jean-Minjoz, Boulevard Fleming, Besançon 25030, France; francois.schiele{at}univ-fcomte.fr

Abstract

Objectives The reasons for the higher mortality in women as compared with men after acute myocardial infarction are still debated. Using analysis of pairs, matched on a conditional probability of being male, we assessed the impact of baseline characteristics and management on the difference in mortality at 30 days after acute myocardial infarction.

Programme The study population was taken from the ‘Registre Franc Comtois des Syndromes Coronariens Aigus’, an ongoing registry involving all 10 cardiology centres in the region of Franche-Comté, a region in Eastern France with a population of 1.2 million inhabitants. The aim of this registry is to monitor the quality of care of patients suffering from acute coronary syndromes in the region of Franche-Comté, and to verify adherence to the latest guidelines of the European Society of Cardiology. All consecutive patients admitted between January 2006 and December 2007 for acute myocardial infarction type 1 or 2 with or without ST segment elevation myocardial infarction and who gave informed consent were eligible. Baseline characteristics, co-morbidities, acute treatments and 30-day mortality were recorded. Two propensity scores (for being male) were calculated: one on the basis of baseline characteristics, and a second taking into account both baseline characteristics and treatments.

Two matched cohorts were constituted after 1:1 matching, computed on the best eight digits of propensity score. Paired analyses were performed using conditional regression.

Results During the study period, 4765 patients were included in the registry, 1563 (33%) were women. As compared with men, women were on average 9 years older, had more co morbidities; were less often submitted to angiography and reperfusion; and received less medical treatment. The 30-day mortality rates were 136/1060 (12.8%) in women and 167/2324 (7.2%) in men (p<0.001). The two matched populations represented respectively 1298 and 1268 patients. After matching on baseline characteristics (first matched cohort), there was a lower rate of use of coronary angiography and reperfusion and a trend towards higher 30-day mortality in women. After further matching on characteristics and on treatments (second matched cohort), 30-day mortality was similar in men and women, suggesting a potential benefit for an increase in use of invasive procedures in women.

Clinical impact Analysis of the data from our registry brought to light the under-use of certain drugs and procedures among women, even in the absence of contra-indications. Wider use of invasive procedures in women could confer a potential benefit in terms of 30-day mortality.

Discussion Our results confirm the higher mortality in women as compared with men after acute MI. However, they do not support the hypothesis that this difference is due to biology, but rather indicate differences in baseline characteristics and management. Indeed, the higher mortality in women is no longer apparent when a propensity score-matched analysis is performed taking into account both comorbidities and management.

Conclusions As compared with men, 30-day mortality is higher in women, mainly explained by differences in baseline characteristics, but also by differences in management, namely invasive procedures. After matching for baseline characteristics and management, 30-day mortality is comparable among men and women.

Practical implications These results should incite us to verify in clinical practice that women admitted for acute coronary syndromes, in the absence for formal contra-indications, actually received all treatments recommended by guidelines, including invasive strategies.

Contexte Les raisons de la mortalité plus élevée observée chez les femmes par rapport aux hommes après infarctus du myocarde sont mal connues. Par le biais d'une analyse appariée sur la probabilité conditionnelle d'être de sexe masculin (propensity score), nous avons évalué l'impact des caractéristiques à l'admission et des traitements sur la différence de mortalité à 30 jours après infarctus du myocarde aigu.

Programme La cohorte analysée est issue du « Registre Franc-Comtois des Syndromes Coronariens Aigus », un registre comprenant les 10 centres de Cardiologie dans la région de Franche-Comté (environ 1,2 millions habitants). L'objectif de ce registre est de vérifier la qualité de prise en charge des syndromes coronariens aigus en Franche-Comté en accord avec les dernières recommandations de la Société Européenne de Cardiologie. Tous les patients consécutifs admis entre janvier 2006 et décembre 2007 avec un diagnostic d'infarctus du myocarde de type 1 ou 2, avec ou sans surdécalage du segment ST, et qui ont donné leur consentement étaient éligibles pour inclusion. Les caractéristiques cliniques et démographiques à l'admission, les co-morbidités, les traitements pendant la phase aiguë et la mortalité à 30 jours ont été recueillis. Deux scores de propensité (probabilité conditionnelle d'être de sexe masculin) ont été calculés: le premier à partir des caractéristiques à l'admission, et le deuxième à partir des caractéristiques ainsi que les traitements pendant la phase aiguë. Deux cohortes appariées ont ainsi été constituées, après appariement 1:1 sur les 8 meilleurs chiffres de score de propensité. Les analyses appariées ont été effectuées en utilisant une régression conditionnelle.

Résultats Pendant la durée de l'étude, 4765 patients ont été inclus dans le registre; 1563 (33%) étaient des femmes. Par rapport aux hommes, les femmes étaient plus âgées de 9 ans en moyenne, souffraient davantage de co-morbidités, avaient moins souvent été soumises à angiographie et reperfusion, et avaient moins souvent reçu un traitement médical. Les taux de mortalité à 30 jours étaient respectivement de 136/1060 (12,8%) chez les femmes et 167/2324 (7,2%) chez les hommes (p<0,001). Les deux cohortes appariées représentaient respectivement 1298 et 1268 patients. Après appariement sur les caractéristiques à l'admission (1ère cohorte appariée), nous avons observé chez les femmes un taux d'utilisation de l'angiographie coronaire et de reperfusion moins élevé, ainsi qu'une tendance vers une mortalité plus élevée à 30 jours. Après appariement sur les caractéristiques et les traitements (2ème cohorte appariée), la mortalité à 30 jours était sensiblement identique chez les femmes et chez les hommes, ce qui suggère que l'utilisation plus large des stratégies invasives chez les femmes pourrait apporter un bénéfice potentiel.

Définition de l'impact clinique L'analyse des données de ce registre a mis en exergue la moindre utilisation de certaines thérapeutiques et stratégies chez les femmes, même en l'absence de contre-indications. Une plus large utilisation des stratégies invasives chez les femmes pourrait apporter un bénéfice en termes de mortalité à 30 jours.

Discussion Nos résultats confirment qu'il existe une mortalité plus élevée chez les femmes par rapport aux hommes à 30 jours après infarctus du myocarde aigu. Cependant, ces données n'appuient pas l'hypothèse que cette différence est due uniquement à la biologie, mais indiquent au contraire que les différences de caractéristiques cliniques et démographiques à l'admission ainsi que des disparités dans les traitements administrés peuvent être à l'origine de la mortalité plus élevée observée chez les femmes. A noter que cet excès de mortalité chez les femmes disparaît après analyse appariée avec ajustement sur le score de propensité, les co-morbidités et la prise en charge.

Conclusions Par rapport aux hommes, la mortalité à 30 jours est plus élevée chez les femmes après infarctus du myocarde aigu. Cette différence est principalement expliquée par les différences dans les caractéristiques à l'admission, mais également par les différences de traitement, en particulier une moindre utilisation des stratégies invasives chez les femmes. Après appariement, prenant en compte les caractéristiques à l'admission ainsi que les traitements et stratégies réellement administrés durant la phase aiguë, la mortalité à 30 jours est sensiblement identique chez les hommes et chez les femmes.

Implications cliniques ces résultats nous incitent à vérifier dans la pratique clinique que les femmes admises pour un syndrome coronarien aigu, et en l'absence de contre indication formelle, reçoivent les traitements recommandés, y compris invasifs

  • Cardiovascular disease
  • myocardial infarction
  • women

Statistics from Altmetric.com

Request permissions

If you wish to reuse any or all of this article please use the link below which will take you to the Copyright Clearance Center’s RightsLink service. You will be able to get a quick price and instant permission to reuse the content in many different ways.