Article Text

PDF
147 Improvement in the quality of practices in radiotherapy: the regular measurement of indicators
  1. A Vitoux1,
  2. C Grenier1,
  3. E Lartigau2
  1. 1Direction Qualité, Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer, Paris, France
  2. 2Centre Oscar Lambret, Lille, France
  1. Correspondence to Vitoux Anne, Direction Qualité, Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer, 101 rue de Tolbiac, 75013 Paris, France; a-vitoux{at}fnclcc.fr

Abstract

Context For several years, French comprehensive cancer centers (CCCs) have been committed to projects to improve security, quality and efficiency of radiotherapy. An improvement program in the radiotherapy departments of CCCs, including Professional Practice Appraisal, has been set up.

Objectives This campaign aims at improving quality of care in radiotherapy departments in all CCCs. It also anticipates the obligations binding institutions to obtain a radiation therapy agreement.

The method is based on benchmarking:

  • To establish a diagnosis

  • To share experiences

  • To set up improvement projects

  • To demonstrate the progress made

Program 13 quality indicators (QIs) have been developed with the participation of experts. They address treatment waiting times, multiprofessional treatment decision, treatment preparation, execution of treatment and follow-up. These QIs allow a qualitative assessment of the different steps in patient care.

Method In each of the 20 CCCs, 80 medical records were included from patients treated by radiotherapy for a non inflammatory non metastatic breast cancer. Assessment could just been done on traceability, which is only indirectly related to quality of practice.

To identify weaknesses and the corrective actions needed, each CCC analysed first its own QI measures from a local point of view and then in comparison with other centers. The corrective actions can be different from center to center depending on the anomalies and the ability to resolve them.

Selected actions of improvement, according to a prioritisation process (costs, objectives and concerned professionals or departments), have been implemented. A schedule for these implementations was established in each CCC. Whenever possible, corrective actions and optimised processes were shared between the CCCs.

Results The results of the CCCs regarding these indicators show some heterogeneity in practices: the end treatment report and the post treatment consultation were available in 98% and in 93% of the medical records respectively. The rate of patient enrolment in clinical trials was 13%. The variability of these quality indicators between the 20 CCCs shows that they are discriminative. The fact that some teams obtained a 100% rate for different QIs reflects that this is achievable.

Conclusion The impact of this implementation campaign will be assessed one year after, using the same indicators. By defining such QIs we are able to follow programs for improving the quality and the security of treatment closely. The measurement of developed QIs allows us to improve the quality of patient care by improving management procedures. It encourages health care professionals to be aware of their practices and of the legal obligations. It also has the advantage of implicating all the professionals involved in patient care.

Contexte Depuis plusieurs années les CLCC sont impliqués dans des travaux visant l'amélioration de la sécurité, de la qualité et de l'efficience, en radiothérapie.

Un programme de renforcement de la qualité dans les départements de radiothérapie des 20 CLCC, comportant plusieurs volets, dont l'évaluation des pratiques professionnelles (EPP) des équipes de radiothérapie, est mis en place dans les CLCC.

Objectifs Cette démarche d'EPP vise à améliorer la qualité de la prise en charge en radiothérapie dans les centres et anticipe les obligations opposables aux établissements en radiothérapie dans le cadre du dispositif d'autorisation pour le traitement du cancer.

La méthode de cette démarche repose sur la comparaison pour l'amélioration (benchmarking), qui permet:

  • d'établir un diagnostic

  • de partager les expériences

  • de déclencher la mise en place d'actions d'amélioration

  • de montrer les progrès réalisés.

Programme Développés en collaboration avec un groupe d'experts professionnels, les travaux réalisés ont visé à élaborer 13 indicateurs. Ils concernent les délais de mise en œuvre, la qualité des propositions thérapeutiques (réunion de concertation pluridisciplinaire), la conformité de la préparation, les bonnes pratiques de traitement et de surveillance per et post irradiation, ce qui permet une analyse qualitative de toutes les étapes de la prise en charge du patient.

Ces outils ont fait l'objet d'une validation professionnelle

Méthodologie Dans chacun des 20 CLCC, 80 dossiers de patientes ayant un cancer infiltrant non inflammatoire sans métastase dont le primotraitement comporte une irradiation réalisée au sein du centre pendant la période d'inclusion ont été étudiés.

A partir de la 1re mesure, l'analyse des résultats individuels et comparatifs permet à chaque centre d'identifier ses points faibles, nécessitant des actions correctives. Ces actions sont variables en fonction des spécificités et opportunités de l'établissement. En fonction de la problématique et de la faisabilité (coûts, résultats attendus, personnes ou services impliqués), un choix est fait parmi les actions correctives. L'établissement met alors en œuvre les actions d'amélioration retenues.

Un tableau de bord permet à chaque centre de suivre l'avancement de son plan d'actions. Un partage des actions d'amélioration entre les Centres est prévu, lors de journées de présentation des résultats, et une mutualisation des process, dès qu'elle est possible, est réalisée.

Les améliorations liées aux actions correctives mises en œuvre seront objectivées lors du 2e recueil. Dans l'intervalle, chaque Centre a identifié des points d'amélioration et met en œuvre les actions d'amélioration retenues.

L'évaluation n'est réalisée que sur les pratiques tracées, il ne s'agit donc que d'une évaluation indirecte de la qualité de la pratique.

Résultats La position des CLCC au regard de ces indicateurs traduit une hétérogénéité des pratiques : par exemple, le compte rendu de fin de traitement est présent dans 98% des dossiers; la consultation de suivi post-traitement est tracée dans 93% des dossiers; le taux d'inclusion dans un essai clinique est de 13%.

La variabilité du classement des 20 centres selon les indicateurs montre que les indicateurs sont discriminants et que la faisabilité de l'objectif est de 100%.

Conclusion La définition des indicateurs permet ainsi le suivi du programme de renforcement de la qualité et permet la pérennisation du cycle d'amélioration de la qualité.

De tels indicateurs permettent d'améliorer la prise en charge des patients par l'amélioration de la gestion des processus, mais aussi par le focus imposé aux professionnels sur leurs pratiques et les contraintes réglementaires les encadrant, et enfin par le caractère multiprofessionnel des équipes projets.

Statistics from Altmetric.com

Request permissions

If you wish to reuse any or all of this article please use the link below which will take you to the Copyright Clearance Center’s RightsLink service. You will be able to get a quick price and instant permission to reuse the content in many different ways.