Article Text

PDF
201 Trends in compliance with criteria derived from clinical practice guidelines in the management of patients with sarcoma
  1. I Ray-Coquard1,
  2. A Lurkin1,
  3. F Ducimetiere1,
  4. P Cousin1,
  5. D Cellier2,
  6. G De Laroche3,
  7. F Gilly4,
  8. P Biron1,
  9. D Salameire5,
  10. J Y Blay1
  1. 1Centre Léon Bérard, Lyon, France
  2. 2Merck-SeronoI, Lyon, France
  3. 3Institut de Cancérologie de la Loire, ST Priest-en-Jarez, France
  4. 4CHU Lyon-Sud, Pierre-Bénite, France
  5. 5CHU Grenoble, Grenoble cedex 09, France
  1. Correspondence to Ray-Coquard Isabelle, Evaluation Des Pratiques Médicales, Centre Léon Bérard, 28 Rue Laennec, 69008-Lyon, France; ray{at}lyon.fnclcc.fr

Abstract

Background and Objectives A cancer network was created by Lyon University and by public and private general hospitals of the Rhône-Alpes region in 1995 to improve the quality of cancer care and prescribing practices. After an assessment of the impact of the implementation of criteria derived from clinical practice guidelines (CPGs) relating to the management of patients with breast cancer, significant changes were observed in the network whereas none were observed in a control region with no network and no criteria for CPG implementation (Ray-Coquard et al, 2002).1 An audit carried out 3 years after this first assessment revealed that compliance with CPG criteria had been maintained within the network (Ray-Coquard et al, 2005).2 However, a retrospective study (2001) in the same region gave very different results for the management of rare cancers such as sarcomas (Ray-Coquard et al, 2004).3 Our objective was to perform a prospective evaluation of the management of patients with sarcomas and compare compliance with CPGs in 2005 to that recorded in 2001 and to that obtained for breast cancer.

Programme We evaluated prospectively medical practices in the management of patients with sarcomas over a 1-year period (2005). A meeting on the findings of the 2001 retrospective study was held in 2002. Its purpose was to act as a reminder on guidelines for the management of patients with sarcoma. Three years later, all the sarcoma cases included in the study, from the first symptom to relapse or death, had been evaluated.

Results 691 cases of suspected sarcoma were reported by the pathologists and 439 were included in our evaluation. Exclusions were due to an incorrect diagnosis, elapsed inclusion date, and relapses. The absence of guidelines for certain subtypes of sarcoma (e.g. Kaposi) meant that 410 cases could be included in the final analysis. Overall compliance was 36% (148/410) in 2005 compared to 32% in 2001. The breakdown of compliance (2005 vs 2001) was as follows: 86% vs 75% for pretherapy, 95% vs 85% for histology, 71% vs 48% for surgery, 86% vs 94% for chemotherapy, 97% vs 90% for radiotherapy and 93% vs 79% for follow-up. Compliance rate remained stable between 2001 and 2005. It was not as good as for breast cancer.

Discussion and Conclusion The use of criteria derived from CPGs led to sustained changes in medical practice in our cancer network for the management of breast cancer. Compliance with criteria was a result of intensive implementation and clinician involvement in the drafting of the criteria. However, compliance with CPGs did not increase in the case of the management of sarcomas. It would seem that implementation of CPGs and information meetings are less effective in improving care of patients with rare rather than frequent tumours.

Contexte et objectifs En 1995, l'université et des centres hospitaliers publiques ou privés d'une région française ont créé un réseau de cancérologie afin d'améliorer la qualité des soins et de rationnaliser les prescriptions médicales dans la prise en charge des soins en cancérologie. Dans un premier temps nous avons évalué l'impact de la mise en place d'un référentiel sur les pratiques cliniques dans la prise en charge des patientes atteintes de cancer du sein. Des changements significatifs ont été observés au sein du réseau alors qu'aucun changement n'était observé dans une région contrôle sans réseau de cancérologie et sans implémentation de référentiels cliniques (Ray-Coquard 2002). Dans un deuxième temps et 3 ans après la première évaluation,nous avons évalué la persistance dans le temps des conformités aux référentiels au travers d'un nouvel audit médical. Nous avons eu la confirmation dans cette étude qu'un réseau de cancérologie est à même de maintenir les pratiques médicales conformes aux référentiels (Ray-Coquard 2005). Au vu des résultats très différents dans une étude rétrospective sur la prise en charge de cancers rares comme les sarcomes dans la même région (Ray-Coquard 2004), nous avons décidé d'évaluer pendant 1 an les pratiques médicales dans la prise en charge des sarcomes au sein d'une cohorte prospective et exhaustive de patients concernés par cette pathologie. Et nous les avons comparé aux référentiels nationaux. Suite à l'étude menée en 2001, une réunion a été organisée en 2002 reporter les résultats de l'étude retrospective et rappeler les règles de prise en charge pour ces tumeurs. Ainsi, 3 ans plus tard tous les sarcomes inclus dans cette nouvelle étude évaluant la prise en charge des patients depuis les premiers symptômes à la rechute ou le décès ont été évalués.

Patients et méthodes 691 patients présentant une lésion suspecte de sarcome ont été déclarés par les anatomopathologistes: 439 ont vraiment été inclus (le différentiel est dû au mauvais diagnostic, date d'inclusion hors délai et patients déclarés en rechute). En raison de l'absence de recommandations pour certains sous-types (Kaposi, etc…) 410 ont finalement été inclus dans l'étude. Nous avons lancé une étude prospective et exhaustive (afin d'avoir un effectif représentatif) dans la région Rhône-Alpes en 2005 pour évaluer la prise en charge des patients atteints de sarcome afin d'évaluer les pratiques médicales dans cette pathologie. Le taux de compliance aux référentiels a été comparé à la première évaluation réalisée en 2001 ainsi qu'aux résultats obtenus pour le cancer du sein.

Resultats Le taux de conformité globale en 2005 était de 148/410 (36%) contres 32% en 2001. Le taux de compliance était donc stable entre 2001 et 2005 et ne semble pas aussi intéressant que celui du cancer du sein.

Conclusion Le programme des référentiels pour la prise en charge des cancers entraîne des changements persistants dans les pratiques médicales dans le temps dans notre réseau de cancérologie en terme de conformité aux référentiels pour le cancer du sein. Les référentiels ont été suivis lorsqu'ils ont une implémentation intensivea été réalisée et que les cliniciens ont participé à leur écriture.

En ce qui concerne les sarcomes, l'implémentation de référentiel n'a pas augmenté le taux de conformité. Pour les cancers rares l'implémentation de référentiels et les réunions informatives ne semblent pas plus efficaces pour améliorer les pratiques médicales contrairement aux tumeurs fréquentes.

Statistics from Altmetric.com

Request permissions

If you wish to reuse any or all of this article please use the link below which will take you to the Copyright Clearance Center’s RightsLink service. You will be able to get a quick price and instant permission to reuse the content in many different ways.