Article Text

PDF
Intensive Care Unit Street: ICU street
200 Programme donor action/cristal action: program to prevent the loss of chance for patients awaiting transplants
  1. Patrick Jambou1,
  2. Demont Frédérique1,
  3. Jocelyne Henseler1,
  4. Jean-François Quaranta1,
  5. Carole Ichai2,
  6. Michel Kaidomar3,
  7. Anne-Marie Vezies4,
  8. Emmanuel Couadau5,
  9. Annie Freche6,
  10. Jammes Didier7
  1. 1CHU Nice, Hôpital CIMIEZ, Nice Cedex, France
  2. 2CHU Nice, Hôpital St Roch, Nice, France
  3. 3Médecin Anesthésiste Réanimateur, Chef de Service Réanimation, Hôpital Fréjus/St Raphael, Hôpital Bonnet, Frejus, France
  4. 4Médecin Urgentiste, PH Service de Réanimation, Hôpital Draguignan rte Montferrat, Draguignan, France
  5. 5Médecin Anesthésiste Réanimateur, PH Service de Réanimation, Hôpital Antibes, Hôpital Antibes, Antibes Juan Les Pins, France
  6. 6Médecin Anesthésiste Réanimateur, Chef de service Réanimation, Hôpital Cannes, Cannes, France
  7. 7Médecin Urgentiste, PH Responsable du Pôle Logistique Médicale, Hôpital du Golfe de St Tropez, Gassin, France
  1. Correspondence to Patrick Jambou, Médecin AnesthésisteRéanimateur, PH Coordonnateur des Prélèvements d'Organes et de Tissus, CHU Nice, Hôpital CIMIEZ, 4 avenue Reine Victoria, 06003 Nice Cedex 1, France; jambou.p{at}chu-nice.fr

Abstract

Context, objectives Intensive care staff plays a leading role in organ donation by identifying a potential donor, insuring his medical care and calling local transplant coordinator, to approach the close relations and engage a possible process of retrieval. However various enquiries have put in evidence the weak knowledge of the intensive care teams, concerning the imperatives of care of a brain death subject, and of his close relations. Furthermore, this activity is mostly not joined into the daily practice of the units. The result is a lack of assessment of professional practices relating to the donation and procurement.

In front of this report, the Biomedecine Agency took a number of initiatives to train and mobilise all the professionals of critical care units. However, remained to set up a program of evaluation of the professional practices concerning this activity, in order to avoid a loss of chance to many patients in wait of transplant. That is what allows the Donor Action® program.

Program It's an European program of insurance - quality, centred on the process of care of a brain death subject, with the aim of an organ retrieval process (Clinical Pathway).

Its aim is to:

  • reduce the unjustified variability of the care of a potential donor

  • implement protocols of care, validated collectively by the Société Française d'Anesthésie Réanimation, the Société de Réanimation de Langue Française and the Biomedecine Agency

  • improve the coordination and the communication between the actors of this care.

It allows to know ‘where, when and why’ an organ retrieval was not successful.

Its implementation leans on the support of the director of the establishment and the president of the CME, and on a steering committee.

This project comes true generally on 6 to 9 months and contains three phases: an assessment of the existing, the propositions of corrective measures and a new performance appraisal.

The cycle continues then indefinitely, bringing the retrieval activity in a continuous quality improvement approach. In practice this program is intended for the Emergencies and Critical Care units. It includes:

  1. a survey of opinion, identifying the perceptions and attitudes of staff, and highlighting their training needs.

  2. A retrospective survey of each deaths over time in the care unit concerned, measuring the difference between the number of potential donors presumed and actually identified during the period.

After analysis, the results are communicated to the teams, during morbi-mortality reviews, allowing them to elaborate corrective measures. An assessment of the impact of these new measures is then performed by a prospective study of any new file of subject died in the unit.

Results This program, implemented in eight critical care units of PACA - East/High Corsica region between 2006 and 2008, allowed an increase in 2 years of 52.5% of the number of potential donors referred, of 95.8% of the number of retrieved donors (13.0–27.4 pmp) and of 132% of the number of procured organs. An increase in the number of procured organs by retrieved donors has also been found (2.9–3.7).

Discussion, conclusion These results are partially due to the permanent interaction that allowed this program, between the Transplant Coordinations and the professionals of the care units. Considering these results, this program should therefore be soon integrated into the national tools of evaluation of the Biomedecine Agency, under the name of ‘Cristal Action’.

Contexte, objectifs Les équipes de réanimation jouent un rôle essentiel dans l'activité de prélèvement d'organes en identifiant un donneur potentiel, en assurant sa prise en charge médicale, et en alertant les coordinations hospitalières de prélèvement pour aborder les proches et enclencher un éventuel processus de prélèvement.

Toutefois différentes enquêtes ont mis en évidence la faible connaissance des équipes de réanimation, concernant les impératifs de prise en charge d'un sujet en état de mort encéphalique, et de ses proches. Par ailleurs cette activité est le plus souvent non intégrée à la pratique quotidienne des services. Il en résulte une absence d'évaluation des pratiques professionnelles concernant le don et le prélèvement d'organes.

Devant ce constat, l'Agence de la Biomédecine a pris un certain nombre d'initiatives visant à former et mobiliser l'ensemble des professionnels de santé des unités de « soins critiques ». Toutefois, restait à mettre en place un programme d'évaluation des pratiques professionnelles concernant cette activité, afin d'éviter une perte de chance aux nombreux patients en attente de greffe. C'est ce que permet le programme Donor Action®.

Programme Il s'agit d'un programme européen d'assurance-qualité, centré sur le processus de prise en charge d'un sujet décédé en mort encéphalique, en vue d'un prélèvement d'organes (Chemin Clinique). Son objectif est de:

  • réduire la variabilité non justifiée de la prise en charge d'un donneur potentiel,

  • mettre en oeuvre des protocoles de prise en charge validés conjointement par la Société Française d'Anesthésie-Réanimation, la Société de Réanimation de Langue Française et l'Agence de la Biomédecine,

  • améliorer la coordination et la communication entre les acteurs de cette prise en charge.

Il permet de savoir « où, quand et pourquoi » un prélèvement d'organes n'a pas abouti. Sa mise en place s'appuie sur l'adhésion du directeur de l'établissement et du président de la CME, et sur un comité de pilotage. Ce projet se réalise en général sur 6 à 9 mois et comporte 3 phases: un bilan de l'existant, des propositions de mesures correctives et une nouvelle évaluation des résultats. Le cycle se poursuit alors indéfiniment faisant entrer l'activité de prélèvement dans une démarche d'amélioration continue de la qualité.

En pratique ce programme est destiné aux Services d'Urgences et de Réanimations. Il comporte:

  1. une enquête d'opinion, identifiant les perceptions et les attitudes du personnel, et mettant en lumière leurs besoins de formation.

  2. Une enquête rétrospective de chaque décès survenus pendant une période donnée dans l'unité de soins concernée, mesurant ainsi la différence entre le nombre de donneurs potentiels présumés et effectivement recensés durant la période.

Après analyse, les résultats sont communiqués aux équipes, lors de revues de morbi-mortalité, leur permettant d'élaborer des mesures correctives. Une évaluation de l'impact de ces nouvelles mesures est ensuite réalisée par l'étude prospective de tout nouveau dossier de sujets décédés dans l'unité.

Résultats Ce programme, implanté dans 8 unités de soins critiques de la région PACA-Est/Haute Corse entre 2006 et 2008, a permis une augmentation en 2 ans de 52,5% du nombre de donneurs potentiels recensés, de 95,8% du nombre de donneurs prélevés (13.0 à 27.4 pmp) et de 132% du nombre d'organes prélevés. Une augmentation du nombre d'organes prélevés par sujet prélevé a également été constatée (2,9 à 3,7).

Discussion, conclusion Ces résultats sont en partie dû à l'interaction permanente qu'a permis ce programme, entre les Coordinations Hospitalières et les professionnels des unités de soins. Compte tenu de ces résultats, ce programme devrait donc être prochainement intégré aux outils nationaux d'évaluation de l'Agence de la biomédecine, sous le nom de « Cristal Action ».

Statistics from Altmetric.com

Request permissions

If you wish to reuse any or all of this article please use the link below which will take you to the Copyright Clearance Center’s RightsLink service. You will be able to get a quick price and instant permission to reuse the content in many different ways.