Article Text

PDF
Obstetrics Corner: OB Corner
110 An internal audit of the initial management of postpartum haemorrhage
  1. Mathieu Poilblanc,
  2. Loïc Sentilhes,
  3. Céline Lefebvre,
  4. Florence Biquard,
  5. Sébastien Madzou,
  6. Philippe Descamps,
  7. Philippe Gillard
  1. Gynécologie–Obstétrique, CHU Angers, Angers cedex 9, France
  1. Correspondence to Philippe Gillard, Gynécologie- Obstétrique, CHU Angers, 4 rue Larrey, 49933 Angers cedex 9, France; phgillard{at}chu-angers.fr

Abstract

Background Post-partum haemorrhage is the world's leading cause of maternal mortality. In 2001, the report of the expert committee on maternal mortality stood a disturbing picture of French practices with nearly two thirds of deaths from haemorrhage considered preventable. We present here the results of a clinical audit on the subject of evaluation and improvement of our daily practices in the management of postpartum haemorrhage.

Methods This is a before and after study conducted in the department of Obstetrics and Gynaecology of Angers University Hospital. As a first time and retrospectively, we analysed all records of patients who experienced a postpartum haemorrhage between July and December 2005 (excluding caesarean section). Following the recommendations for clinical practice (RCP) issued by the CNGOF in 2004, we established a specification defining the sequence of optimal management of haemorrhage. The following major items were discussed: timing of support, total blood loss, active management of the third stage of labour, vaginal examination, uterine massage, use of oxytocin or sulprostone and time of administration, clarity of the information listed in the file and present the summary sheet dedicated to the management of bleeding. In a second step, during a meeting of compulsory service, the results were analysed and discussed with all stakeholders in the delivery room (obstetrician-gynaecologist senior and junior, midwives, anaesthesiologists) and CNGOF recommendations were recalled and detailed areas for improvement were highlighted and solutions to optimise our practices have been introduced.

Finally, prospectively and to assess the impact of this meeting, we, on the same criteria, analysed the records of patients who experienced post-partum haemorrhage between January and April 2007.

Overall results 1st period: 75 cases of bleeding>500 ml (500–8000 ml, average: 1091 ml), 65.33% of systematic intraveinous prophylactic injection of 10 UI of oxytocin (49/75), 88% of examination of uterine cavity (66/75), 49.33% of instrumental examination of genital tract, 76% of oxytocin administration (57/75), 16% of sulprostone administration (12/75) with an average delay of 34 min of administration (13–58 min), 29.33% abstracts met (22/75). 2nd period: 63 cases of bleeding>500 ml (500–2000 ml, average: 1022 ml), 90% of systematic intraveinous prophylactic injection of 10 UI of oxytocin (57/63), 95% examination of uterine cavity (60/63), 93.65% of instrumental examination of genital tract (59/63), 92.06% Syntocinon injection (58/63), 25.4% of the use of sulprostone (16/63), mean time: 23 min (7–48 min), 81% of filled summaries (51/63).

Discussion/conclusion This study shows the importance of the meetings of awareness and the major impact of self-criticism. Through corrective actions simple and inexpensive, the management of post-partum haemorrhage delivery has become in our department, standard with over 90% of supported consistent with PRC 2004.

Contexte L'hémorragie du post-partum représente la première cause mondiale de mortalité maternelle. En 2001, le rapport du comité d'experts sur la mortalité maternelle dressait un tableau inquiétant des pratiques françaises avec près de deux tiers des décès par hémorragie considérés comme évitables. Une remise en question de nos pratiques s'avérait alors nécessaire. Nous présentons ici les résultats d'un audit clinique ayant pour thème l'évaluation et l'amélioration de nos pratiques quotidiennes dans la prise en charge de l'hémorragie de la délivrance.

Matériel et méthode Il s'agit d'une étude de type « avant-après » réalisé au sein du Pôle de Gynécologie-Obstétrique du CHU d'Angers. Dans un premier temps et de manière rétrospective, nous avons analysé l'ensemble des dossiers des patientes ayant présenté une hémorragie de la délivrance entre juillet et décembre 2005 (hors césarienne). Suivant les recommandations pour la pratique clinique (RPC) émises par le CNGOF en 2004, nous avons établi un cahier des charges définissant la séquence optimale de prise en charge d'une hémorragie. Il Nos actes quotidiens ont été ensuite comparés avec les RPC. Les principaux items suivants ont été étudiés: chronologie de la prise en charge, pertes sanguines totales, délivrance dirigée, réalisation d'une révision utérine et d'un examen sous valves, massage utérin, recours aux ocytociques ou à la sulprostone et délai d'administration, clarté des informations recensées dans le dossier et présence de la feuille-résumé dédiée à la gestion de l'hémorragie. Dans un deuxième temps, au cours d'une réunion de service obligatoire, les résultats ont été analysés et commentés avec tous les intervenants de la salle d'accouchement (Gynécologue-obstétriciens, internes en formation, sages-femmes, anesthésistes-réanimateurs) et les recommandations du CNGOF ont été rappelées et détaillées, les points à améliorer ont été mis en exergue et des solutions visant à optimiser nos pratiques ont été instaurées.

Enfin, de manière prospective et afin d’évaluer l'impact de cette réunion de sensibilisation, nous avons, sur les mêmes critères, analysé les dossiers des patientes ayant présenté une hémorragie entre janvier et avril 2007. Il s'agit alors de mettre en évidence une amélioration de nos pratiques.

Résultats globaux 1ère période: 75 cas d'hémorragie > à 500 ml (500–8000 ml, moyenne: 1091 ml), 65.33% de délivrance dirigée (49/75), 88% de révision utérine (66/75), 49.33% d'examen sous valves, 76% d'injection de syntocinon (57/75), 16% de recours à la sulprostone (12/75) avec un délai moyen d'administration de 34 minutes (13–58min), 29.33% feuilles-résumés remplies (22/75). 2ème période: 63 cas d'hémorragie > à 500 ml (500–2000 ml, moyenne: 1022 ml), 90% de délivrance dirigée (57/63), 95% de révision utérine (60/63), 93.65% d'examen sous valve (59/63), 92.06% d'injection de syntocinon (58/63), 25.4% de recours à la sulprostone (16/63), délai moyen d'administration 23 minutes (7–48 min), 81% de feuilles-résumés remplies (51/63).

Discussion/conclusion Cette étude montre l'importance des réunions de sensibilisation et l'impact majeur de l'autocritique. Au moyen d'actions correctrices simples et peu coûteuses, la prise en charge des hémorragies de la délivrance est devenue, dans notre centre, standardisée avec plus de 90% de prises en charge conformes aux RPC de 2004.

Statistics from Altmetric.com

Request permissions

If you wish to reuse any or all of this article please use the link below which will take you to the Copyright Clearance Center’s RightsLink service. You will be able to get a quick price and instant permission to reuse the content in many different ways.